(140618)

L’ordre dans lequel s’écrivent les livres n’est pas neutre. Chaque livre a sa place, chaque livre à sa place. Qu’À tous les airs ait été écrit avant Charøgnards a son importance, que Charøgnards précède le #3 n’est pas anodin. Si l’ordre se brouille, c’est le parcours qui s’efface. Chaque livre appelle le suivant, le rend possible, le justifie. Justification et appel auxquels chaque livre suivant tente d’échapper. Pourtant la continuité demeure; tu le vois maintenant. D’un texte à l’autre, c’est un mouvement de complication qui les porte. Dans l’approche, dans la méthode.

Tu reprends le #4 ces jours-ci. La difficulté majeure, une difficulté que tu n’as connue, dans un moindre mesure, que pour À tous les airs, concerne la forme à lui donner. Non pas qu’elle t’échappe; c’est juste que tu ne parviens pas à la visualiser. Ou plutôt si, tu la visualises justement. Et le problème est bien là. Dans sa visualisation — comment rendre sur la plane surface de la page l’espace dans lequel le texte se donne à voir?

Hier tu es allé à la Poste, envoyer le manuscrit du #3 à P. L’employé t’a demandé ce qu’il te fallait. Tu lui as dit, en montrant le manuscrit, que c’était pour un envoi. Il a jeté un coup d’œil à l’objet, ses 319 pages recto-verso, puis a posé la question qu’il doit sans doute poser à tout le monde: il y a de la valeur? Comment répondre à cette question? — Valeur marchande: aucune. — Valeur esthétique: douteuse. — Valeur sentimentale: variable. Avec le prix de l’enveloppe à bulles, il t’en a coûté 8,50€.